Centrale solaire gemasolar

Le solaire concentré : la source d’énergie du futur

Le solaire à concentration ou l’héliothermodynamique (CSP) est une énergie qui a beaucoup de potentiel dans les régions désertes et éloignées du monde à fort ensoleillement. Seul inconvénient : pour bien fonctionner, les centrales CSP doivent être nettoyées régulièrement à cause du sable et de la poussière du désert, avec une eau qui est assez rare dans ces régions du monde. D’ailleurs, en Europe et plus particulièrement en Espagne, les professionnels du domaine semblent avoir trouvé des alternatives intéressantes. On vous laisse les découvrir avec Habitat EnR, spécialiste des énergies renouvelables.

Qu’est-ce que l’énergie solaire à concentration ou l’héliothermodynamique ?

L’énergie solaire concentrée, appelé également d’hélio-thermodynamique, fonctionne selon le principe de la concentration de la lumière du soleil avec une loupe. De ce fait, les centrales solaires à concentration (CSP) utilisent des plans ou encore des miroirs paraboliques pour stocker l’énergie solaire dans un tube contenant un fluide. Une fois ce fluide chauffé, il crée de la vapeur d’eau qui entraîne un alternateur et un réacteur susceptibles de produire de l’électricité.

Les avantages du solaire concentré

Parmi les grands avantages de l’énergie solaire à concentration, on note sa capacité de stockage de la chaleur dans des sels fondus, ce qui permet aux centrales solaires de fonctionner même durant la nuit.

En plus, de la production de l’électricité, le système de refroidissement permet également de dessaler l’eau, grâce à la condensation de la vapeur. Ajoutons à cela, que l’énergie héliothermodynamique peut être installée dans les zones désertes peu habitées par les populations, ce qui n’impose aucune gêne pour les personnes et l’agriculture.

De plus, comparé aux autres systèmes solaires, l’électricité produite par héliothermodynamique dispose d’une très haute tension. Selon Habitat EnR, des installations sur quelques centaines de km2 pourraient couvrir la totalité des besoins de l’Europe en électricité.

Des études sont en cours pour améliorer les installations héliothermodynamiques

Actuellement, les chercheurs travaillent sur des expériences susceptibles d’économiser l’eau utilisée pour le nettoyage de la poussière. Selon Aránzazu Fernández-García, scientifique au CIEMAT- Plataforma Solar de Almería, le nettoyage des miroirs paraboliques, nécessite beaucoup d’eau. Sachant que celle-ci est assez rare dans les milieux désertiques. Pour cela, les chercheurs sont actuellement en train de développer un système de nettoyage par ultrasons, afin de réduire l’utilisation de cette ressource si précieuse.

Ainsi, dans le cadre d’un projet de l’Union Européenne, les professionnels du domaine essaient depuis un an de tester les différents systèmes manuels utilisant moins d’électricité et d’eau. Donc la prochaine étape serait de rendre ces systèmes plus fonctionnels en les automatisant.

Parallèlement à ces expériences, les experts du domaine sont en train de tester des revêtements spéciaux qui empêcheront la poussière de coller. Il ne nous reste plus qu’à espérer voir le solaire rayonner encore plus dans les déserts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *