Panneaux photovoltaiques

Les grandes surfaces passent à l’autoconsommation

Depuis 2016, les installations photovoltaïques ne cessent de se multiplier dans l’objectif de répondre aux besoins des particuliers et des professionnels en électricité, plus particulièrement les magasins et supermarchés. Pourtant, de tels projets nécessitent des investissements assez importants. Au cours de cet article, AB Services nous parle de l’un des projets les plus importants actuellement dans le domaine de la transition énergétique. Il s’agit du partenariat de Carrefour avec Urbasolar.

Un aperçu sur le partenariat Carrefour-Urbasolar

Très connu pour son éco-responsabilité, le distributeur Carrefour a confirmé dernièrement son partenariat avec Urbasolar, dans le but d’accélérer la transition énergétique. Le partenariat porte principalement sur la mise en place de 36 centrales photovoltaïques en autoconsommation afin d’alimenter les magasins et de lutter contre les émissions de CO2.

La place de l’autoconsommation dans la distribution

Parmi toutes les solutions vertes proposées sur le marché des énergies renouvelables, les installations photovoltaïques en autoconsommation restent les plus favorisées, parce qu’elles permettent de profiter gratuitement des ressources solaires au maximum. Quant à leur mise en place, elle est assez simple, si elle est faite par le biais des professionnels comme AB Services, elle peut être assez rapide.

Ainsi, l’électricité produite varie selon les journées. Toutefois, en cas d’insuffisance, il est possible de recourir au réseau de distribution, et vice-versa. Dans une situation de surproduction, il est possible d’injecter le surplus dans le réseau pour le vendre.

Le passage aux énergies solaires intéresse de plus en plus les distributeurs français, notamment les acteurs du secteur alimentaire. Ces derniers sont nombreux à migrer vers l’autoconsommation. Cet intérêt s’explique par le fait que lorsque les magasins ferment, ils continuent toujours de consommer de l’énergie pour conserver la fraîcheur de leurs produits alimentaires. Pour cela, le passage aux panneaux solaires et à l’autoconsommation semblent être la solution la plus rentable. Toutefois, la mise en place d’une centrale photovoltaïque doit s’accompagner d’un travail global sur la performance environnementale dans l’objectif de maximiser les résultats.

Les défis sont encore nombreux

Si l’autoconsommation se présente comme une alternative intéressante, les distributeurs doivent tout de même investir jusqu’à 1 million d’euros pour une installation photovoltaïque. Mise à part la contrainte financière qui peut freiner certains professionnels, les véritables difficultés dans la mise en place du partenariat avec Urbasolar réside dans le choix des sites éligibles : emplacement où les installations seront rentables et autorisation du propriétaire du terrain.

Les gains sont aussi multiples

Même si l’autoconsommation fait encore face à plusieurs défis, ses avantages poussent beaucoup de professionnels à franchir le pas.

Tout d’abord, on parle d’un modèle économique à part entière qui devient viable, grâce à l’échange de la location d’espace contre l’achat de l’électricité pour des prix assez bas par rapport à ceux du marché.

Mieux encore, les gains énergétiques peuvent atteindre 20 %, voire plus, si on met en place un véritable programme de gestion et de stockage de l’énergie. Côté esthétique, les installations n’affectent pas l’aspect des grandes surfaces, car elles prennent place sur les toitures et parfois sur les abris de parkings.

Et pour conclure, le passage à l’autoconsommation, n’apporte pas seulement du confort pour les clients, mais participe également à l’amélioration de la réputation du distributeur en véhiculant l’image d’un acteur écoresponsable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *