Puit d'évacuation de chauffage urbain

Le chauffage urbain géothermique

Selon Sofath, l’expert en géothermie, ce dispositif est constitué d’un ensemble de composants. La boucle géothermale, la centrale de production de chaleur et le réseau de distribution urbain en plus du réseau interne de chaque immeuble. Ces circuits d’eau sont conçus en unités séparées les unes des autres échangeant entre elles de la chaleur.

Principe et fonctionnement

Le système de génération de chaleur fonctionne avec la chaleur des eaux souterraines. Le réseau de distribution de chaleur transporte l’eau chaude vers les sous-stations au pied du bâtiment. L’eau contenue dans ce réseau est de l’eau douce qui a été traitée pour entretenir le réseau. Cela fonctionne dans un cycle fermé.

Une fois que l’eau a cédé sa chaleur au poste, elle est refroidie et renvoyée à la centrale. Dans chaque bâtiment, un circuit électrique interne, provenant de la sous-station, distribue la chaleur dans les locaux. C’est également une boucle fermée sous la responsabilité du propriétaire de l’immeuble. Par temps très froid, la quantité de chaleur fournie par le train de tiges est insuffisante. Une ou plusieurs chaudières traditionnelles fonctionnant au gaz ou au fioul complètent le système. Ils fournissent également une chaleur de secours lorsque les pompes sont à l’arrêt. Les réseaux de chaleur ainsi alimentés sont donc multiénergies.

Comme nous le précise Sofath, l’énergie géothermique fournit 60 à 95% de la chaleur distribuée. Si les différents cycles de l’eau qui composent le système sont indépendants les uns des autres, l’ensemble doit être constamment optimisé en termes de confort d’utilisation et de rentabilité. Et c’est le rôle du gestionnaire.

La gestion d’une centrale géothermique

Cela commence par la planification du projet. Par exemple, la taille des réseaux géothermiques en région parisienne est comprise entre 2 000 et 15 000 équivalents habitables. Ce sont des appartements, des bureaux, des équipements publics tels que des écoles, des lycées, des hôpitaux. Ces bâtiments consomment de la chaleur à différents niveaux, selon qu’ils utilisent des radiateurs, du chauffage au sol ou de l’air comprimé, ou qu’ils utilisent de l’eau chaude.

L’utilisation progressive et dépendante de la température de la chaleur dite de cascade permet une utilisation maximale de l’eau géothermique avant qu’elle ne soit réinjectée dans le sous-sol. Les nouveaux bâtiments qui répondent aux dernières normes d’isolation permettent aux systèmes de chauffage de fonctionner à des températures plus basses et d’augmenter l’efficacité géothermique en créant des chutes d’eau supplémentaires.

Pour Sofath, la gestion à distance, qu’est un outil de gestion et de surveillance du système, permet un contrôle continu de la température fournie aux utilisateurs.

  • Utilisation maximale de l’énergie géothermique pour une gestion optimisée des chutes. Limitation de l’utilisation de l’énergie auxiliaire.
  • Pilotage du déclenchement des sauvegardes.
  • Commande de fonction.
  • Déclencheurs et alarmes.

Le résident connecté au réseau de chauffage urbain géothermique bénéficie d’un confort accru. Les moyens techniques sophistiqués permettent de prévoir et de prévoir la demande de chaleur de l’utilisateur.

La variété des sources de secours et d’urgence ainsi que le système de gestion à distance assurent une plus grande fiabilité et permettent une adaptation flexible à la quantité de chaleur générée. Le réseau remplace plusieurs chaufferies isolées par un système de production central et global et bénéficie d’une technologie puissante et de services rapides et efficaces pour l’utilisateur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *